Accaparements des terres à Madagascar : la société civile lance à nouveau l’alerte!!!

Land grabbing

Madagascar, un des pays les plus pauvres au monde, avec 92% de la population vivant en dessous du seuil de pauvreté selon la Banque Mondiale (1), est aussi hautement doté en biodiversité et ressources naturelles. Il fait ainsi partie des pays les plus convoités actuellement par les industries minières et pétrolières, les investisseurs des secteurs touristique et de l’agrobusiness, mais aussi par les nouvelles puissances économiques et les pays émergents en quête de nouvelles terres de culture.

La société civile malgache veut justement alerter l’opinion publique, locale et internationale, devant l’ampleur de l’accaparement des terres à Madagascar et la multiplication des cas d’injustices sociales et environnementales qui en découlent. Le conflit politique qui perdure dans le pays depuis 2009 ne fait que renforcer cette situation, en raison notamment de l’opacité totale sur les contrats et les surfaces de terres réellement attribuées  aux investisseurs étrangers. Le phénomène s’accompagne d’ailleurs souvent de corruptions et met à mal la gouvernance du pays.

En moins de dix ans, les terres agricoles attribuées par le Gouvernement malgache, souvent de manière unilatérale et totalement opaque, représenteraient plusieurs centaines de milliers d’hectare (2). Dans un pays où plus de 70% de la population est rurale et où 1 paysan dispose en moyenne de seulement 0,15 ha de terre à cultiver (3), cela pose un vrai problème éthique. L’observatoire mondial des terres, Land Matrix, a enregistré 12 contrats signés par le Gouvernement malgache entre 2006 et 2013. D’autres organisations comme GTZ, GRAIN ou CIRAD évoquent plusieurs autres contrats supplémentaires. Voir plus bas le tableau qui présente les contrats d’acquisition des terres agricoles à Madagascar.

Le Collectif de Défense des Terres Malgaches (TANY), acteur très dynamique dans le lobbying institutionnel pour la transparence des contrats et l’implication systématique des populations locales dans les processus de négociation, craigne des conséquences lourdes pour la population locale déjà fragilisée par la pauvreté et parfois sans aucune protection juridique. En effet, la plupart des espaces convoités par les investisseurs sont des terres domaniales, donc appartenant à l’Etat. Les communautés peuvent donc à tout moment être expulsées. Le Collectif TANY rappelle d’ailleurs qu’en plus des terres agricoles octroyées aux investisseurs étrangers, les projets pétroliers et miniers, les réserves foncières touristiques ainsi que les « puits de carbone » et les aires protégées sont déjà autant de menaces pour la sécurité alimentaire du pays.

Ainsi, la société civile malgache appelle à une vigilance des différents acteurs à Madagascar, surtout que de probables nouveaux projets avec la Malaisie, pour la production d’huile de palme, viennent d’être révélés par les médias locaux (4). Rappelons que les Etats-Unis et la Malaisie sont les deux pays en tête des « accaparements de terres » en Afrique d’après un rapport de la Coalition internationale pour l’accès à la terre publié en juin 2013. De plus, cette culture du palmier à huile est très controversée en raison des conflits sociaux et des conséquences environnementales dramatiques qu’elle peut entraîner. C’est le cas par exemple de l’Indonésie (5) et de la Malaisie elle-même où l’on a observé une déforestation massive, accompagnée d’une baisse importante de la biodiversité.

Il est urgent actuellement que des discussions autour de la pertinence de tous ces projets agricoles ou énergétiques soient lancées au niveau national, impliquant la société civile, le monde académique, le secteur privé et l’Etat malgache. Les populations locales devraient également être mieux informées du contenu exact de ces contrats et ainsi que des bénéfices et des risques potentiels qui en découlent.

(1) http://www.banquemondiale.org/fr/country/madagascar/overview

(2) http://www.landmatrix.org/get-the-detail/by-target-country/madagascar/

(3) Sources: FAO, INSEE-Eurostat, Statistiques mondiales Madagascar, INSTAT (2010)

(4)“La Malaisie s’intéresse à Madagascar”, article du 14 août 2013, La Gazette de la Grande Île: http://www.lagazette-dgi.com/index.php?option=com_content&view=article&id=33652:huile-de-palme-la-malaisie-sinteresse-a-madagascar&catid=45:newsflash&Itemid=58

(5) Lire: Pichler M., 2010, Austrian Journal of South-East Asian Studies, 3(2), «Agrofuels in Indonesia: Structures, Conflicts, Consequences, and the Role of the EU».

Tableau : Compilation de GTZ (2009), IFPRI (2009), GRAIN (2010), CIRAD (2011), Collectif TANY (2012), Land Matrix (2013), Land Deal Politics Initiative (2013)

Surface

Investisseurs

Utilisation des terres

Durée

Localisation

1,300,000 ha

DAEWOO Logistics

(Corée du Sud)

Agrocarburant

(maïs et huile de palme)

99 ans

SUSPENDU

Regions Melaky et Menabe (maiïs)

Regions  SAVA et Atsinanana (huile de palme)

550,000 ha

GEM Biofuels

(Grande Bretagne, Irlande)

Produits forestiers

Agrocarburant (Jatropha)

Coton et  manioc

Non disponible

Région Atsimo Andrefana

550,000 ha

Hunter Resources

(Grande Bretagne et Irlande du Nord)

Agriculture

ABANDONNE

Mahajanga

465,000 ha

VARUN Industries

(Inde)

Agriculture

(maïs, riz, lentilles)

50 ans

Sera abandonné en 2014

Region Sofia

200,000 ha

Madabeef

(Grande Bretagne, Madagascar)

Bétails

Non disponible

Regions Menabe et Atsimo Andrefana

150,000 ha

Unitech and United Technologies Group

(USA)

Tournesol pour l’agrocarburant

Non disponible

Diana, Sofia, Boeny and Melaky

120,000 ha

Bio Energy Limited

(Australie, Madagascar)

 Agrocarburant

Non disponible

Région Sofia

100,000 ha

TOZZI Holding group

(Italie)

Agrocarburant et agriculture

(jatropha, géranium, vétiver)

30 ans

Ihorombe

30,000 ha

Fuelstock Madagascar

(Grande Bretagne, Irlande du Nord)

Agriculture

Agrocarburant

Cultures vivrières

Non disponible

Farihy Amboromalandy

20,000 ha

Indian Ocean Commission (COI)
(France/Réunion, Maurice, Comores, Seychelles, Madagascar)

Agriculture

(Riz et oignions)

Non disponible

Régions Sofia, Vakinankaratra and Menabe

20,000 ha

Mada Woodland

(Norvège)

Agrocarburant

Non disponible

Mahajanga
Mampikony

15,000 ha

Platinum Madagascar SARL

GEXSI (Allemagne)

Futuro Forestal (Panama)

Agrocarburant

Agriculture

Non disponible

Region Boeny

15,000 ha

Société Malgache de Collecte et de Transformation de la Résine (SMCTR) – DRT

(Madagascar, France)

Produits forestiers

Non disponible

Moramanga

10,000 ha

COMPLANT Madagascar Sugar Co. Ltd

China National Complete Plant Import & Export Corporation

 (Chine)

Agrocarburant

Agriculture

Non disponible

Region DIANA

10,000 ha

SUCOCOMA

(Chine)

Sucre

Non disponible

Regions Diana et Menabe

6,000 ha

SODHAI

(Inde, Madagascar)

Agriculture
Cultures vivrières

Non disponible

Région Analamanga

5,000 ha

Landmark

(Inde)

Agriculture
Cultures vivrières

Non disponible

Ihorombe

4,500 ha

SoaBe

(France)

Plantes oléagineuses, céréales, légumes

Non disponible

Region Atsimo Andrefana

3,000 ha

Jatro Solutions
GreenIsland Madagascar

(Allemagne, Madagascar)

Agrocarburant

Agriculture

Non disponible

Region Haute Matsiatra

1,000 ha

Domaine du Lémurien

(Maurice)

Aquaculture

Légumes

Non disponible

Region Anosy

1,000 ha

Monteverde

(Maurice)

Pommes de terre et semences

Non disponible

Analamanga

300 ha

Groupe Caille

(Réunion)

Agriculture
Cultures vivrières

ABANDONNE

Tampoketsa

Advertisements